Dans une interview accordée à Mercato365.com, Camel Meriem fait le point sur la situation du club à la mi-saison. Le milieu de terrain revient également sur sa situation personnelle avec son contrat qui arrive à terme en fin de saison.

Camel Meriem, avez-vous digéré la lourde défaite concédée à Valenciennes la semaine passée ?
On reste sur une prestation très décevante là-bas (3-1, 18eme journée de Ligue 1). On est passé à côté. On a vraiment raté notre match. C’est frustrant mais il faut passer à autre chose et oublier. Cette rencontre de dimanche face aux Girondins de Bordeaux est vraiment très importante. On n’aura pas le droit à l’erreur face à une équipe de Ligue des Champions. Si on reproduit le même type de match que la semaine passée, on va tout droit dans le mur. On est prévenu.

Comment abordez-vous la rencontre de dimanche face aux Girondins de Bordeaux (19eme journée de Ligue 1) ?
Il va falloir que l’on donne le maximum pour ne pas avoir de regrets. C’est le dernier coup de rein avant la trêve. On a besoin d’une victoire référence. C’est l’occasion.

Quel est le problème de l’ASM en cette première partie de saison ?
On manque de constance. On alterne le bon et le moins bon depuis le début de la saison, de temps en temps au cours du même match. Je suis persuadé que l’on peut faire mieux que cette douzième place au classement. On en est capable. Mais il faut passer de la parole aux actes. Ça va se jouer maintenant.

[b]On vous sent…[/b]
(Il coupe) Frustré, c’est le mot. On est vraiment capable de bonnes séquences mais on n’arrive pas encore à le répéter sur la durée. C’est la différence entre une bonne équipe et une très bonne. On n’est pas loin mais il faut encore travailler et donner un peu plus. Il y a encore quelques mois, on n’était vraiment pas bien. Aujourd’hui, on est toujours en reconstruction. Mais ça ne doit pas nous empêcher d’être ambitieux.

Personnellement, comment jugez-vous vos prestations ?
A l’image de l’équipe, j’ai eu de bonnes périodes et d’autres moins… Je dois encore être régulier, avoir plus d’impact sur l’équipe. Mais je me sens bien. Le coach me fait confiance. Pour une fois, je suis relativement épargné par les blessures. Je touche du bois (sourire)…

Votre contrat expire à la fin de la saison. Comment voyez-vous votre avenir ?
Je suis serein. Je ne me prends pas la tête avec ça. J’essaye surtout de faire les meilleures prestations possibles pour que le club finisse à la meilleure place à la fin de la saison. Ce n’est pas très original mais c’est vraiment mon état d’esprit du moment. Chaque chose en son temps.

Plusieurs clubs espagnols, dont l’Espanyol Barcelone, le Racing Santander et dans une moindre mesure le FC Séville vous suivraient pour l’été prochain. Qu’en est-il ?
Il y a des pistes. La Liga est un championnat attirant. Si j’ai l’opportunité de tenter une aventure là-bas, on étudiera ça très attentivement. Mais c’est pareil pour les autres destinations (Ndlr : Marseille, via José Anigo, le directeur sportif phocéen, garderait également un œil sur le dossier).

[b]Le FC Nantes aurait aussi coché votre nom pour le Mercato…[/b]
Mon départ n’est pas d’actualité. Je me vois mal partir pour rejoindre un club dans une telle situation.