La saison 1960-1961, allait être une saison historique pour l’AS Monaco qui remportait pour la première fois un titre de champion de France. Après leur premier succès en coupe de France la saison précédente face à St Etienne (4-2), les Monégasques faisaient partis désormais du gratin hexagonal, et étaient parmi les prétendants au titre de champion de France. C’est lors de cette saison, qu’à l’initiative de la princesse Grâce, Monaco arborait pour la première fois la diagonale sur le maillot. Avant cette saison, les maillots étaient rayés à la verticale en rouge et blanc.

Avec Leduc à la baguette !

Cette équipe de l’ASM était dirigée depuis la saison 1958-1959 par Lucien Leduc, l’ancien entraîneur d’Annecy (1951-1956, 1957-1958) et de Venise en Italie (1956-1957). Depuis son arrivée sur le rocher, l’ASM était en constante progression dans le championnat de France avec une 8ième place lors de sa première saison, puis une 4ième et une victoire en coupe de France la saison suivante 1959-1960, et enfin le titre en 1960-1961. Un premier titre qui en appellera d’autres pour Lucien Leduc avec l’AS Monaco (1963 et 1978).

Reims et le Racing échouent pour le titre !

Ce championnat de France 1960-1961 devait être celui du Stade de Reims qui était la grosse écurie des années 50, mais les Rémois, champion en titre, et après un début de saison prometteur, connaissaient rapidement des ennuis. Avec dans un premier temps, une blessure pour Raymond Kopa victime de problème de chevilles (esquille osseuse), même si elle n’était pas importante cette blessure handicapé Reims. Beaucoup plus grave, la blessure de Just Fontaine victime d’une fracture qui lui fera terminer sa carrière prématurément, Piantoni meilleur buteur de ce championnat (28buts) n’empêchera pas les Rémois de terminer à une 3ième.

Après les déboires du stade de Reims une équipe apparaissait comme favorite, le RC Paris, 3ième de l’exercice précédent. Cette équipe façonnée par Pierre Pibarot a trouvé son équilibre. Le Racing pratiquait un football chatoyant de haut niveau où spectacle et offensive vont de pairs. D’ailleurs le Racing inscrira la bagatelle de 93 buts en 38 rencontres de championnat avec une attaque de feu composée de Grillet, Ujlaki, Heutte, Van Sam et Guillot. Mais la défense des Parisiens, trop souvent perméable, leur vaudra le titre. Monaco profitait de l’occasion pour remporter le premier championnat de son histoire.

Un début de saison tonitruant et une équipe solide !

Dés le début du championnat les Monégasques frappaient fort. En effet, la bande à Leduc gagnait ses sept premiers matchs, avec en autre un carton fasse au voisin Niçois au stade Louis II (5-1). Mais après ses sept succès Monaco concédait trois revers de rang à Toulouse (0-3), contre le Stade Français (2-4) et enfin à Reims (0-3). Ce qui n’empêchait pas les Monégasques de prendre les commandes du championnat à mi-parcours. L’équipe de Lucien Leduc était solide derrière avec Kaelbel, Ludo,Nowak ou encore Thomas. Cette défense était la meilleure du championnat à égalité avec Rouen (42 buts). En attaque l’ASM se reposait sur Lucien Cossou auteur de 18 buts en 26 rencontres de championnat, mais l’attaque asémiste était aussi composé de Hess, Roy ou encore Carlier. Monaco disposait également d’un milieu de terrain solide avec la paire Biancheri, Hidalgo accompagnée de Théo le véritable chef d’orchestre de cette formation.

La déculotté de Nice (6-0) !

Pourtant la belle série monégasque aura connu un coup arrêt à Nice, après la facile victoire du match aller (5-1), l’équipe de la principauté connaissait elle aussi une lourde défaite. Yvan Garofolo le portier monégasque devait encaisser une demi-douzaine de buts, (6-0) à Nice, le 9 avril 1961, la plus lourde défaite de l’histoire de Monaco en championnat, « Ce carton n’est qu’une péripétie. Pour le reste, Garo à fait une saison formidable » reconnaîtra sa doublure de l’époque Jean-Claude Hernandez. « Le 6-0 de Nice ? Nous étions tous responsable de ce carton et pas uniquement Yvan. Affirmait le buteur de l’AS Monaco Lucien Cossou. En vérité, cette humiliation nous a fait beaucoup de bien, parce qu’on avait attrapé la grosse tête après notre série de victoires et qu’on croyait qu’il suffisait d’entrer sur le terrain pour gagner. Cette défaite nous a remis les idées en place. Le lendemain, Monsieur Leduc nous a même fait pleurer à l’entraînement. » Ajouta Cossou. Le portier monégasque Yvan Garofalo ira lui aussi de son commentaire sur cette triste défaite « Nous venions d’apprendre que nous étions tous sélectionnés en A ou en B. De leur côté les Niçois avait quatre titulaires suspendus à la suite d’un match de Coupe contre Sedan. Comme on nous donnait largement favoris du derby nous sommes entrés sur la pelouse du Ray sûrs de notre victoire. Nous avons vite déchanté, d’autant que c’était un jour sans à tous les niveaux. »

Carlier offre le titre à l’ASM !

Après avoir nettement battu le Racing au match aller à Monaco (3-0) avec un doublé de Cossou et un but de Djibrill, l’AS Monaco s’inclinait à quatre journées de la fin sur le même score (3-0) à Colombes le 14 mai 1961.

Finalement Monaco remportait son premier titre de champion de France à l’ultime journée de championnat le 4 juin 1961. Monaco et le Racing étaient à égalité de points avant cette rencontre. Le Racing n’obtenait que le match nul contre le Havre. De son côté, l’ASM parvenait à s’imposer sur la plus petite des marges (1-0) grâce à un but de Bert Carlier sur coup-franc juste avant la mi-temps, devant 5 000 personnes au Louis II, au terme d’un match délicat. En 38 rencontres de championnat, l’ASM en aura remporté 26, perdu 7 et fait 5 matchs nul.

L’équipe Type : Garofalo-Novak-Kaelbel (cap)-Ludo-Hidalgo-Biancheri-Hess-Théo-Roy-Carlier et Cossou.

Les champions monégasques 1961: Alberto (5 matchs), Biancheri (37), Carlier (33), Casolari (10), Cossou (24), Djibrill (27), Garofalo (31), Hernandez (2), Hess (27), Hidalgo (33), Kaelbel (26), Ludo (37), Nowak (34), Roy (32), Thèo (37), Thomas (23).

Match de l’ASM

Match aller :

21/08/1960 Lens – Monaco : 0-1 : Cossou
28/08/1960 Monaco – Nîmes :3-0 : Carlier, Théo, Djibrill
4/09/1960 Limoges – Monaco : 1-5 : Théo, Roy (3), Cossou
10/09/1960 Monaco – Rouen : 1-0 : Djibrill
15/09/1960 St Etienne – Monaco : 0-1 : Djibrill
2/10/1960 Monaco – Nice : 5-1 : Roy (2), Carlier, Théo, Djibrill
5/10/1960 Monaco – Angers : 2-0 : Bianchéri, Djibrill
9/10/1960 Toulouse – Monaco : 3–0
15/10/1960 Monaco – Stade Français : 2-4 : Cossou, Roy
19/10/1960 Reims- Monaco : 3-0
23/10/1960 Troyes – Monaco : 0-1 : Roy
30/10/1960 Grenoble – Monaco : 0-0
1/11/1960 Monaco – Le Havre : 2-2 : Kaelbel, Djibrill
6/11/1960 Valenciennes – Monaco : 1-3: Casolari, Djibrill, Carlier
11/11/1960 Monaco – Rennes : 3-0 : Cossou (3)
13/11/1960 Lyon – Monaco : 2-0
20/11/1960 Monaco – RC Paris : 3-0 : Cossou (2), Djibrill
27/11/1960 Nancy – Monaco : 0-4 : Hess (3), Cossou
4/12/1960 Monaco – Sedan : 2-0 : Carlier, Bianchéri

Match retour :

18/12/1960 Sedan – Monaco : 4-1: Hess
24/12/1960 Monaco – Lens : 2-1: Kaelbel (2 dont 1 pen)
1/01/1961 Rennes – Monaco: 1-3 : Roy (2), Boutet (csc)
8/01/1961 Monaco – Grenoble : 1-0 : Roy
22/01/1961 Monaco – Troyes : 5-0 : Hess (2), Hidalgo (2), Théo
1/02/1961 Monaco – Lyon : 3-1 : Hess, Hidalgo (2)
5/02/1961 Monaco – Nancy : 2-0: Cossou (2)
19/02/1961 Stade Français – Monaco : 1-1 : Roy
26/02/1961 Nîmes – Monaco : 1-1 : Cossou
12/03/1961 Monaco – Reims : 2-0 : Roy, Hess
19/03/1961 Monaco – Toulouse : 3-1: Carlier, Théo, Cossou
9/04/1961 Nice – Monaco : 6-0
29/04/1961 Rouen – Monaco : 2-3: Carlier, Kaelbel (pen) , Cossou
3/05/1961 Monaco – Limoges : 3-2: Théo, Roy (2)
11/05/1961 Angers – Monaco : 1-4: Hidalgo, Cossou, Carlier, Hess
14/05/1961 RC Paris – Monaco : 3-0
20/05/1961 Monaco – St Etienne : 3-0: Cossou (2), Théo
28/05/1961 Le Havre – Monaco : 1-1 : Cossou
4/06/1961 Monaco – Valenciennes : 1-0 : Carlier