Interview – Modesto : « Nous ne perdrons pas beaucoup de matchs »

Après deux victoires consécutives (1-0 contre Nice en Coupe de France, et contre Grenoble en championnat), François Modesto revient l’actualité de l’ASM, sur les prochains matchs, ainsi que sur son avenir.

François, Monaco a retrouvé des couleurs grâce aux succès acquis face à Nice et Grenoble…

“Ces deux victoires font énormément de bien au moral. Nous avons retrouvé une bonne qualité de jeu, mais surtout un très bon état d’esprit. Si nous gardons cette envie, nous ne perdrons pas beaucoup de matchs”.

La victoire dans le derby a-t-elle joué dans les têtes ?

“Oui, gagner enfin face à Nice, c’était très important. Avant le match, tout le monde était très motivé. Nous avons vaincu le signe indien, c’est bien pour le présent”.

La bonne passe actuelle va de pair avec une assise défensive retrouvée. Ricardo a, semble-t-il, trouvé la bonne formule ?

“Derrière, c’est vrai que quand tu as l’habitude de jouer ensemble, les automatismes se créent. C’est donc plus facile. Maintenant, le plus important reste d’avoir des résultats. Mais, pour l’instant, nous n’avons rien fait d’exceptionnel, nous n’avons rien gagné. Chaque week-end se profile un nouvel examen. Il ne faut surtout pas s’enflammer”.

L’apport de Patrick Müller a-t-il été important ?

“Patrick a joué une Coupe du monde, un Euro, il a été titulaire à Lyon, on ne le découvre pas. Il a su apporter toute son expérience au groupe”.

“Le plus important est l’équipe, non pas mon cas personnel”

Sur le plan personnel, comment avez-vous vécu vos périodes sur le banc des remplaçants ?

“Quand tu es un compétiteur et que tu ne joues pas, c’est clair que tu n’es pas content. Ce sont les choix du coach, il faut les respecter. Il a dû voir que d’autres joueurs étaient plus en forme que moi. Le plus important est l’équipe, non pas mon cas personnel. Je dois montrer l’exemple, en me battant aux entraînements pour démontrer que je peux jouer”.

Les jeunes sont amenés à prendre la relève cette saison. Comment se passe cette cohabitation ?

“On en parle beaucoup en ce moment mais je ne comprends pas pourquoi. Sur le plan historique, il y a toujours eu des bons formateurs à Monaco. Il n’y a qu’à regarder le nombre de champions du monde et d’internationaux issus de l’ASM. Le club fait confiance aux jeunes et ils le rendent sur le terrain”

Quelles sont vos ambitions pour cette deuxième partie de saison ?

“Nous voulons finir le plus haut possible en championnat et jouer le coup à fond en Coupe de France”.

Avec un 8es de finale à Ajaccio (le 3 ou 4 mars), chez vous en Corse…

“C’est ma terre, mon île. ça me fait énormément plaisir, même si pour moi c’est un peu un derby (il est né à Bastia). Ce match s’annonce compliqué.”

Un retour aux sources est-il envisageable en fin de carrière ?

“J’ai évolué huit ans à Bastia mais, malheureusement, je n’ai fait que deux ans en Ligue 1. Il ne faut jamais dire jamais. Bastia reste mon club, mon sang est bleu. ça me plairait bien de retourner chez moi. Mais pour l’instant, je suis bien à Monaco. C’est un club qui compte pour moi”.

En attendant, vous vous déplacez à Lorient samedi. Comment jugez-vous cette équipe ?

“C’est une formation bien organisée qui pratique un très beau football. Nous devrons prendre le jeu à notre compte pour tenter de ramener quelque chose”.”